LOOKING FOR HAROLD
BUREAU EUROPÉEN DES CHIMÈRES

  

EN 2016, le Bureau Européen des Chimères ouvre enfin une enquête pour déterminer qui de Berlioz, de Liszt, ou de Byron se cache derrière le Chevalier Harold. 

Altiste : Vinciane Béranger
Pianiste : Damien Lehman
Comédien : Jean-Christophe Laurier

Scénographie : Émilie Roy
Mise en scène / Dramaturgie : Emmanuelle Cordoliani

Durée : 1H20

LE BUREAU EUROPÉEN DES CHIMÈRES...

... est un groupe clandestin, basé à Paris qui utilise et aménage les espaces délaissés du répertoire. Il se réclame de l’esprit d’Urban eXperiment ( UX ), à l’instar des Untergunther ou de la Mexicaine de Perforation. Ces groupes sont apparus au début des années 80, dans le Quartier Latin. À l'origine essentiellement composés de collégiens et collégiennes des alentours, ils se sont rapidement diversifiés socio-culturellement, dans le même temps qu'ils se structuraient et segmentaient leurs activités.

Le B.e.C met au jour les chimères musicales, révèle leur anatomie composite aux yeux des publics à qui elles appartiennent par la dissection, la neuroculture , le débat.

Le B.e.C utilise tous les moyens familiers du théâtre forum, du théâtre de l’opprimé de la composition originale et de la guérilla urbaine pour amener ceux qui rejoignent ses rangs, lors d’une réunion clandestine ponctuelle ou à l’occasion d ’un engagement de longue durée, à voir le patrimoine invisible et à en recevoir le legs riche et léger.

Afin de rendre ses membres sensibles à la vitalité du patrimoine, le B.e.C procède systématiquement à la greffe d’une composition originale sur la chimère.

Agissant dans une semi-clandestinité et profitant du relatif désintérêt des politiques et des médias pour ce qu’ils estiment être des créatures utopiques, le B.e.C est à même de ressusciter, à la manière du Docteur Frankenstein, l’esprit fondateur du romantisme byronien, la réalité collégiale du génie unique, la palpitante aventure du secret partagé. 


DE LA MUSIQUE :

Harold en Italie / Berlioz / Liszt :
1- Harold aux montagnes

2- Marche des pèlerins

3- Sérénade d'un amoureux dans les Abruzzes

4- Orgie des brigand


Liszt :
Romance oubliée

Paganini :
Sonata per la grand viola, extraits

Damien Lehman :
Harold en Lehmanie pour piano et alto ( titre provisoire )


DU TEXTE :

Berlioz , Paganini, Liszt : Correspondances et Mémoires

Byron : Correspondances, extraits du Pèlerinage de Childe Harold 

REPÈRES

 

Entre 1809 et 1811 Lord Byron parcours l’Europe méditerranéenne

En 1812 il enflamme l’Europe avec son poème narratif Le Pèlerinage de Childe Harold

En 1833 le célébrissime Paganini achète un alto Stradivarius. Quelques semaines plus tard il entend la Symphonie Fantastique de Berlioz. Il décide de commander une oeuvre pour alto solo à Berlioz.

Après quelques hésitations, Berlioz commence à composer en s’inspirant du Pèlerinage de Childe Harold , particulièrement de la partie italienne.

En 1834, le changeant Paganini, déçu par le manque de brio du Premier Mouvement renonce à la commande. Berlioz persiste et Harold en Italie est créé à Paris.

En 1838, Paganini l’affaibli entend l’ouvrage, s’en mord les doigts et fait un don de 20 000 francs or à Berlioz.

En 1836 Liszt décide de se faire plaisir et transcrit Harold en Italie pour pouvoir le jouer dans la forme piano/alto. Il donne son manuscrit à relire à Berlioz.

En 1852, Liszt récupère son manuscrit et le modifie en donnant à l’alto la partie exacte de l’oeuvre symphonique.

En 1879, la transcription du patient Liszt est publiée.

EN 2016, le Bureau Européen des Chimères ouvre enfin une enquête pour déterminer qui de Berlioz, de Liszt, ou de Byron se cache derrière le Chevalier Harold.